On entend souvent parler des problèmes liés à la sexualité masculine. On a cependant l’habitude que ça soit plus ou moins les mêmes sujets qui se répètent, ceux qui sont souvent liés à l’impuissance. Mais en réalité, les maladies liées à la sexualité ne se limitent pas juste aux troubles érectiles, mais peuvent prendre d’autres formes et toucher à d’autres fonctions. C’est le cas du trouble touchant la fonction de l’éjaculation.

Les problèmes d’éjaculation :

Avant de nous pencher sur les troubles, essayons de commencer par essayer de mieux comprendre la fonction.

L’éjaculation est une fonction naturelle propre aux organes génitaux qui permet l’expulsion à l’approche ou durant l’orgasme d’un liquide par l’urètre. Ce liquide est appelé éjaculât et c’est un mélange de sperme et de liquide séminal.

L’expulsion du sperme se fait grâce à un muscle appelé muscle pubococcygien du périnée ou muscle PC, ce muscle permet l’expulsion en se contractant par saccades. Cette fonction naturelle se passe chez l’homme généralement au cours un rapport sexuel, durant une masturbation mais aussi dans une pollution nocturne, ou ce qu’on appelle aussi un rêve érotique.

L’éjaculation est un mécanisme qui peut cependant, connaître certains troubles qui empêchent son fonctionnement naturel et c’est ce qu’on appelle les troubles de l’éjaculation.

On dit les troubles d’éjaculation car il y en a plusieurs types de troubles qui peuvent perturber la fonction d’éjaculation.

Les différents types des troubles d’éjaculation :

Comme c’est mentionné plus haut, donc les problèmes d’éjaculation sont plusieurs et nous allons donc essayer de les éclaircir :

  • L’éjaculation précoce ou prématurée : on parle d’éjaculation précoce quand cette dernière se passe avant ou dans la première minute de la pénétration vaginale, 5 à 30 % d’hommes seraient concernés. L’éjaculation précoce est un trouble de la régulation de l’éjaculation, ceux qui en souffrent ne peuvent donc pas se contenir et assurer un rapport sexuel qui puisse satisfaire leur partenaire. Ce trouble est source d’un stress chez le malade ce qui le pousse à demeurer dans un état d’hypercontrôle qui empire les choses. Un vrai cercle vicieux.
  • L’anéjaculation : on parle d’anéjaculation quand, et malgré une érection naturelle chez l’homme, on constate une absence complète d’émission de sperme et d’orgasme, on appelle ce cas aussi frigidité masculine et il touche de 7 à 10 % des hommes.
  • L’éjaculation tardive ou retardée : elle est semblable à l’anéjaculation mis à part que dans ce cas, il se passe une expulsion de sperme mais très retardée, ce qui demande un effort considérable des deux partenaires.
  • L’éjaculation rétrograde : c’est reflux du sperme dans la vessie lors de la phase expulsion, si ce trouble ne pose pas de problème question orgasme il n’en est pas de même pour la fertilité du malade qui se retrouve bien altérée.

Alixia propose aussi :